Archives par mot-clé : supervision

Amélioration d’un Système d’Informations existant : analyser (1)

 

Nous continuons notre série sur la reprise d’un système d’informations existant. Une introduction de la méthode est disponible dans un précédent article. La première étape est de mesurer, de collecter des informations. La seconde étape est d’analyser les données. Nous allons voir quelques éléments à prendre en compte. Quelques exemples pratiques seront utilisés pour illustrer le propos.
Continuer la lecture de Amélioration d’un Système d’Informations existant : analyser (1)

Amélioration d’un Système d’Informations existant : mesurer/collecter

 

Nous continuons notre série sur la reprise d’un système d’informations existant. Une introduction de la méthode est disponible dans un précédent article. La première étape est de mesurer, de collecter des informations. C’est une étape essentielle évidemment. Nous allons voir quelques éléments pour ne pas la louper. Des éléments concrets seront pris pour exemple.

Continuer la lecture de Amélioration d’un Système d’Informations existant : mesurer/collecter

Amélioration d’un Système d’Informations existant : une méthode

(image « WV-Methodik-Kurs: 5-Schritt-Methode » par Michael Reschke, CC-BY-SA-3.0 , voir Wikicommons)

Il y a plusieurs mois, j’ai pris la suite d’un RSI (Responsable du Système d’Informations). Lorsqu’on intègre un nouveau poste, on fait face à plusieurs défis, souvent contradictoires:

  1. s’approprier l’existant,
  2. gérer le quotidien,
  3. organiser le futur.

Gérer le quotidien force à s’approprier l’existant, même si on ne le veut pas. En effet, pour déployer une nouvelle version, mettre à jour un serveur, corriger un problème, répondre aux utilisateurs ou tout autre type de taches du quotidien, il est nécessaire et obligatoire de s’approprier ce qui a été fait par le passé. Sans cela, on passera très vite pour, au mieux un incompétent au pire, un charlatan. Certaines journées sont plus complexes que d’autres : par exemple, en voulant vérifier les sauvegardes, on découvre un lièvre (la sauvegarde n’a jamais fonctionné). Dans ce cas là, comment s’y prendre? Quelle méthode employer? Je vous propose une méthode. Non pas que j’ai la prétention de penser que je suis expert en la matière. Ni celle de tout connaître. Encore moins celle de prétendre que c’est la meilleure. Cependant, je n’ai pas trouvé grand chose. Enfin, en dehors de « faire un audit en se basant sur le référentiel CoBit/ISO 9000/ITIL/… ».  Ce n’est qu’une modeste contribution qui mérite assurément des critiques et des améliorations. Elle se veut relativement simple à aborder, pragmatique et assez rapide à mettre en œuvre.

Continuer la lecture de Amélioration d’un Système d’Informations existant : une méthode

SNMPB : faire des requêtes SNMP avec un outil graphique

 

Bonjour, je suis Cédric Temple et bienvenue sur le blog http://blog.cedrictemple.net. Dans cette vidéo je vais vous présenter un outil graphique pour réaliser des requêtes SNMP. Le nom de cet outil est SNMPb. B comme bébé.

Les points forts de SNMPb sont nombreux. Tout d’abord c’est un logiciel Libre. Il est aussi gratuit. L’équipe de SNMPb fournit des versions pré-compilées pour Windows et des versions RPM et Debian pour Linux. Il supporte à la fois le protocole SNMP dans ses version 1, 2c et 3. Il permet de réaliser des requêtes SNMP GET/WALK/SET/TABLE. Il affiche la description des OIDs, peut importer des MIBs efficacement et effectuer des recherches dans des OIDs.

Tout d’abord, nous allons voir où le récupérer, puis l’installer et enfin son utilisation.

Téléchargement de SNMPb

SNMPB est disponible sur le site web de Sourceforge SNMPb: . Pour le trouver, il suffit de faire une recherche avec le mot clé « SNMPb ».

Ensuite, on peut cliquer sur « download » et choisir la version souhaitée. L’installation ne requiert a priori pas de dépendance particulière. Je l’ai personnellement installé sur Ubuntu et sur Mandriva sans avoir de message d’erreur. De mon côté, je l’ai déjà installé sur mon poste et nous allons voir comment l’utiliser.

Utilisation de SNMPb

SNMPb répartit les fonctionnalités principales en différents onglets. Le premier onglet permet d’interroger un agent SNMP. La première partie correspond à l’agent qui sera interrogé. Ensuite, nous avons l’arbre des MIBs. On peut dérouler cette MIB en cliquant sur les différents OID. En faisant un click droit sur un OID, on accède aux actions telles que le WALK ou le GET. En cliquant sur un OID, la vue du bas donne des informations sur celui-ci : le nom, l’oid complet, le type et surtout la description. Je vous invite à toujours bien lire la description afin de bien interpréter la valeur de l’OID. Je rencontre beaucoup erreurs faites par des personnes qui ne lisent pas attentivement la description. C’est très très important. En faisant un click droit puis l’opération désirée, on obtient le résultat dans la vue de droite.

Paramétrage de l’hôte à interroger

Pour paramétrer l’agent à interroger, on clique sur le bouton … On rentre les paramètres par globaux: nom de l’équipement, adresse IP ou nom DNS, port SNMP, les versions SNMP gérées. Ensuite, en cliquant sur la gauche, on peut configurer la communauté SNMP. Il faut noter que pour configurer une version de SNMP, il faut avoir cocher la case dans les paramètres globaux.

Paramétrage des modules

Une fois l’agent SNMP à interroger correctement configuré, il est nécessaire d’indiquer à SNMPb quelles sont les MIBs à charger. SNMPb inclut quelques MIBs par défaut. Toutes ne sont pas chargées et toutes les MIBs existantes ne sont pas référencées. Moi, j’ai pour habitude de stocker toutes mes MIBs dans un seul répertoire composé de sous répertoire. Il faut indiquer à SNMPB quels sous répertoires il doit analyser afin d’y trouver les MIBs. Cela se fait dans le menu Options–>Preferences. Puis il faut cliquer sur Modules.

Je vous invite aussi à ajouter les MIBs fournies par le système Linux. Une fois ceci fait, vous pouvez valider. Ensuite, il faut se rendre dans l’onglet « Modules » et sélectionner quelles sont les MIBs à charger en les faisant passer de la vue de gauche à la vue de droite. Dans le doute, vous pouvez cliquer sur une MIB pour obtenir des informations détaillées sur celle-ci.

Requêtes simples avec SNMPb

Une fois l’agent configuré et les MIBs chargées, il est possible de dérouler l’arbre des MIBs et de faire des requêtes sur des OIDs. Pour cela, il vous suffit de cliquer sur chaque noeud jusqu’à l’OID souhaité. Pour interroger un OID, il vous suffit de faire un click droit sur celui-ci et de choisir l’opération GET ou WALK.

Encore une fois, je vous invite à bien lire la description de l’OID. Par exemple, pour celui-ci, la description nous informe de deux choses:
1 – la valeur récupérée est en centième de secondes
2 – l’OID correspond à l’uptime de l’agent SNMP et non l’uptime de l’équipement interrogé
Un autre exemple : les partitions. L’OID hrStorageSize correspond à la taille d’une partition mais celle-ci est exprimée en nombre de cluster. Pour avoir la taille d’un cluster de partition, il suffit de récupérer l’OID hrStorageAllocationUnits. ATTENTION donc à bien lire la description afin de ne pas faire des erreurs d’interprétation.

SNMPTable avec SNMPb

Dans la première vidéo, je vous ai présenté le concept de « tableau SNMP ». SNMPb utilise ce concept pour vous présenter les informations récupérées de manière plus efficace. Prenons un exemple, différent de la vidéo précédente. Le taux d’occupation d’une partition est lié à plusieurs OIDs différents (hrstoragesize, hrstorageallocationunit et hrStorageUsed). SNMPb permet d’afficher tous les OIDs sous la forme de tableau. C’est à dire qu’en une seule requête, vous avez tous les résultats présentés sous forme de tableau. Dès lors, il est beaucoup plus simple pour un humain d’interpréter les chiffres. Pour faire ceci, il vous suffit de faire un click droit sur l’OID de haut niveau et de choisir « table View ». Dans le cas des partitions, on visualise alors très simplement le nom de la partition, la taille des cluster, le nombre total de cluster de la partition et le nombre de clusters occupés.

Je vous invite donc à l’utiliser très fréquemment lorsque vous disposez de valeurs sous forme de tableau, ce qui est la majorité des éléments.

Conseils sur SNMPb

Quelques conseils sur l’utilisation d’un outil SNMP graphique. Ces conseils ne sont pas liés qu’à SNMPb et peuvent s’appliquer à tout outil. Premier conseil : il est important de ne pas faire de WALK à la racine de l’arbre des MIBs. En effet, vous risquez de saturer l’agent SNMP et le réseau.

SNMPb permet de faire des recherches. Je vous invite à utiliser cette fonctionnalité pour chercher un OID en fonction d’un mot clé.

Attention à bien lire la description de l’OID.

Vous devez comprendre parfaitement la définition de l’OID pour éviter toute erreur. Vous devez être attentif notamment à la description, l’unité, la référence à d’autres OIDs, les limites (32/64 bits) des valeurs.

Si une MIB n’est pas disponible sur votre système vous pouvez la télécharger sur le site du constructeur ou sur un repository de MIBs. Nous allons détailler cela au travers d’un exemple. Rendez vous sur le site snmplink.

Cliquer sur Mib Repositories. Choisir un repository de MIB. Choisir une MIB, télécharger, la placer dans un répertoire, configurer SNMPb pour lire ce répertoire et enfin, charger les modules.

Éviter de charger trop de modules en même temps. Vous risquez de ralentir inutilement SNMPb.

Voilà, c’est tout pour cette vidéo. N’hésitez pas à participer. Pour cela, vous pouvez ajouter des commentaires à cet article. Si vous avez des questions, je vous invite à les poser. Si vous avez des précisions à apporter, ce sera avec joie. Si vous avez des suggestions, des propositions d’article, j’essaierai aussi de les prendre en compte selon mes moyens bien entendus.

 

Centreon-Syslog : suppression des messages d’erreur au redémarrage de rsyslog

Suite de l’article précédent sur La découverte de Centreon-Syslog. Si vous redémarrez RSyslog, vous trouverez ces messages d’erreur dans /var/log/messages:

rsyslogd: WARNING: rsyslogd is running in compatibility mode. Automatically generated config directives may interfer with your rsyslog.conf settings. We suggest upgrading your config and adding -c3 as the first rsyslogd option.
rsyslogd: Warning: backward compatibility layer added to following directive to rsyslog.conf: ModLoad immark
rsyslogd: Warning: backward compatibility layer added to following directive to rsyslog.conf: MarkMessagePeriod 1200
rsyslogd: Warning: backward compatibility layer added to following directive to rsyslog.conf: ModLoad imuxsock

Pour supprimer ces erreurs, il faut modifier le fichier /etc/sysconfig/rsyslog et remplacer la ligne suivante:

SYSGLOD_OPTIONS="-c3"

Par:

SYSLOGD_OPTIONS="-c3"

La correction est mise en évidence en rouge. Sauvegarder le fichier et redémarrer rsyslog:

/etc/init.d/rsyslog restart

Bien entendu, j’ai prévenu le responsable de Centreon-Syslog pour qu’il corrige ce problème.